fbpx

Le gaspillage alimentaire pose de nombreux problèmes sur le plan économique, environnemental et social. De jeunes entreprises ont compris qu’il était possible de le limiter tout en créant un modèle économique gagnant pour elles. Partons à leur rencontre !

Le gaspillage alimentaire, un enjeu aux multiples facettes

En France, le gaspillage alimentaire représente 10 millions de tonnes de nourriture perdue ou jetée par an. Il touche principalement les secteurs de la transformation, de la distribution et de la restauration. Il a des conséquences lourdes sur :

  • l’environnement : il entraîne des émissions de gaz à effet de serre, elles-mêmes en partie responsables du réchauffement climatique. Il implique aussi le gaspillage des ressources naturelles nécessaires à la production d’un aliment. Quand on sait que la fabrication d’une baguette de pain nécessite 200 litres d’eau, mieux vaut ne plus la jeter !
  • l’économie : gaspillage alimentaire est synonyme de gaspillage d’argent. En effet, les aliments bruts ou transformés jetés s’évaluent à 16 milliards d’euros chaque année. Ce coût représente leur passage par les différentes étapes (transformation, transport, distribution…) additionné au coût du travail et de l’énergie pour les produire. 16 milliards d’euros, c’est 2 à 3 fois le déficit annuel de la sécurité sociale !

  • la société : le gaspillage a un impact social. 800 à 900 millions de personnes sont en sous-nutrition dans le monde. Selon la FAO (l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture), la moitié seulement de la nourriture jetée dans les pays industrialisés suffirait à tous les nourrir. C’est prouvé : arrêter de gaspiller mettrait fin à la faim dans le monde.

Certaines start-up ont vite réalisé qu’il fallait changer les choses. Nous vous en présentons 4.

1) Too good to go

Cette start-up est est l’une des plus connues pour limiter le gaspillage alimentaire. Elle propose aux consommateurs d’acheter les paniers invendus des commerçants à petit prix. Vous bénéficiez d’une réduction de 50 à 80% par rapport au prix de base.

Le plus ? Une application intuitive qui vous indique les commerçants les plus proches de chez vous et vous permet de réserver à l’avance. Alors plus d’excuse, votre panier vous attend !

2) Phénix

Créée en 2014, Phénix accompagne les industriels, les distributeurs et les traiteurs dans la gestion de leurs invendus. Elle organise la collecte de ceux-ci par des associations caritatives. Une plateforme web sert d’intermédiaire entre les deux.

Phénix voit au-delà du don. En effet, lorsqu’il n’est pas possible, la start up limite la destruction des invendus en proposant une valorisation en alimentation animale ou compost.

Les actions de Phénix ont eu un franc succès. L’entreprise a d’ailleurs levé 15 millions d’euros fin 2018 pour poursuivre son développement. Elle envisage d’étendre sa gamme de services et de se développer à l’international. Souhaitons-lui bonne chance !

3) Checkfood

Contrairement aux deux autres, Checkfood va chercher à réduire le gaspillage alimentaire au sein de votre propre maison. Savez-vous que le gaspillage alimentaire domestique représente 19% du gaspillage alimentaire total ? La start-up veut vous aider à prendre de bons réflexes pour le limiter !

Elle met à votre disposition une application gratuite et simple d’utilisation. Vous ouvrez votre frigo et vos placards. Vous scannez vos produits. Vous renseignez leur date limite de consommation. Checkfood vous indique en temps réel le temps restant avant que l’aliment soit périmé. Quand l’aliment arrive à la date butoir, l’application vous envoie un message et vous propose deux choix : le consommer ou le donner à une association. Si vous faîtes le deuxième choix, Checkfood vous facilite le travail en vous indiquant l’association la plus proche de chez vous !

Comme nous dit si bien l’entreprise, « je mange, je donne, et je ne jette plus ! »

4) Love your waste

Côté restauration, Love Your Waste permet désormais aux restaurateurs de transformer leurs bio-déchets en énergie. La start-up les accompagne sur plusieurs plans. Dans un premier temps, elle les aide à mettre en place le tri puis collecte leurs bio-déchets. Dans un second temps, elle revalorise ceux-ci en engrais naturels et bio gaz. Selon l’entreprise, « depuis avril 2015, 609 tonnes de déchets ont été valorisés ».

L’année dernière, nous vous expliquions déjà comment ne rien perdre ou presque en cuisinant dans notre article sur l’avenir éco-friendly de notre alimentation : https://www.extra-vacant.com/lavenir-eco-frienly-de-notre-alimentation/1752/

En prenant de telles initiatives, les équipes des restaurants peuvent ainsi jouer un rôle non négligeable dans la lutte contre le gaspillage. De belles idées pour repenser le mot « déchet » !

Ces start-up nous montrent qu’on peut créer un modèle économique gagnant tout en poursuivant des objectifs anti-gaspillage. La poubelle devient désormais la dernière option !

Extra Vacant reste à votre écoute, n’hésitez pas à commenter cet article ou à nous écrire à contact@extra-vacant.com si vous avez des questions ou besoin d’aide dans votre recherche d’emploi !