Chez Extra Vacant nous ne comptons plus les candidats à des postes en restauration qui n’ont aucune idée du salaire qu’ils méritent ! Nous avons souhaité vous aider à y voir plus clair, et à enfin avoir les outils pour négocier fermement votre prochain contrat en CDI mais sans arrogance.

Négocier son salaire en restauration ?

Une étude récente (Source : Salary.com) a révélé que seulement 37% des employés négocient leur salaire. Les raisons ? La peur, le manque de confiance en son profil, la méconnaissance des salaires du marché, ou même pire, la malhonnêteté du futur employeur qui peut mentir sur le salaire minimum pour le poste que vous convoitez!
En effet, un « bon » salaire est l’une des clés de votre satisfaction dans votre vie professionnelle. D’une part, il reflète votre valeur et montre l’importance que votre employeur donne à votre travail. D’autre part, il vous donne une certaine légitimité à tenir votre poste.

Mais qu’est-ce qu’un bon salaire ? Celui que l’on mérite, celui que l’on aimerait, celui que l’on pense mériter, celui que l’employeur peut nous donner ?
Extra Vacant a détaillé pour vous une série de techniques et d’étapes pour savoir comment négocier votre salaire en restauration pour votre prochain contrat.

1. CONNAITRE SA VALEUR

Après avoir prouvé que vous allez remplir parfaitement les missions qui vous seront confiées, voici LE facteur le plus important pour réussir sa négociation.

Comment obtenir la paie que l’on mérite si l’on ne sait pas combien l’on vaut ? Il est important d’avoir fait une petite recherche et d’avoir des nombres en tête. En effet, il vous sera plus facile de vous confronter aux offres de votre futur employeur et de contrôler la situation. Pour cela, il faut connaitre immanquablement deux indicateurs :

* Quelle est la fourchette de salaire pour votre poste, dans votre secteur d’activité, dans la zone géographique où vous souhaitez travailler ?

Pour cela, faites des recherches sur internet, questionnez des employés du même domaine sur des forums, des groupes sur les réseaux sociaux…Demandez même directement à des recruteurs de vous aider ils vous répondront sans problème !

*Qu’est-ce que votre profil et vos compétences vont rapporter à l’entreprise que vous intégrez ?

C’est l’une des questions les plus difficiles à laquelle répondre. « Qu’est-ce que je vaux vraiment? »

Quelques éléments pour vous guider : Avez-vous un diplôme ? Une spécialisation dans un domaine comme par exemple le travail de la viande si vous êtes cuisinier ? Etes-vous quelqu’un d’autonome ? Venez-vous d’une école prestigieuse ? Avez-vous une présentation particulièrement irréprochable ? Vos anciens employeurs ont-ils rédigé des lettres de recommandation à votre sujet? Êtes-vous capable de vous occuper de plus de 30 clients à vous tout(e) seul(e) ?

Enfin, vous pouvez orienter votre réponse en expliquant de quelle manière vous pourriez rapporter plus de profit à l’entreprise que vous intégrez. L’idée est de prouver que votre savoir-faire pourra faire augmenter son chiffre d’affaires, ou alors que vous avez une certaine connaissance pour diminuer les dépenses de l’entreprise par exemple.

Dans tous les cas, Extra Vacant vous conseille d’écrire noir sur blanc tous vos arguments de façon à être au clair.

2. ETRE PERSUASIF

Pour savoir comment négocier son salaire dans la restauration pour votre prochain contrat il est important d’être persuasif. La négociation est un jeu de rôles, presque comme du théâtre. L’idée est d’obtenir ce que vous voulez tout en ne passant pas pour une personne arrogante. Ou pire, que l’employeur décide finalement de ne pas vous retenir pour le poste. Il faut donc savoir se vendre et apporter les arguments pour prouver votre valeur en restant humble. Difficile n’est-ce pas ?

3. NE PAS NÉGOCIER SON SALAIRE DES LE 1er ENTRETIEN D’EMBAUCHE

Sauf si la personne qui vous reçoit démarre la discussion, il n’est pas recommandé de prendre l’initiative de négocier si tôt. Ce premier entretien vise à vous connaitre et découvrir si vous êtes fait pour le poste, il serait prématuré de négocier trop fermement lors de cette rencontre.

 4. IGNORER LES ULTIMATUMS POUR ACCEPTER L’OFFRE

Parfois, pour vous mettre la pression et vous obliger à accepter une offre, votre futur employeur en restauration peut utiliser des arguments pour se mettre en position de force. Alors, il pourrait vous dire de vous hâter d’accepter l’offre comme elle est avant qu’elle n’expire. Prétextant qu’il y a un autre candidat pour le poste… Ou qu’il attend d’une réponse d’ici 48h maximum pour des raisons de gestion. Ne vous jetez jamais sur une offre sans avoir fait entendre votre voix et vos arguments ! Cependant, ne vous inquiétez pas ! Si votre profil les intéresse vraiment ils sauront vous attendre, parole de recruteur. L’important est de vous rappeler que l’entretien est à double sens. L’employeur n’a pas les pleins pouvoirs et vous n’êtes pas là pour quémander un job : vous méritez cette place. Gardez toujours cette idée en tête !

Les astuces 

La technique de l’ancrage

Une fois votre petite enquête terminée, admettons que vous vous trouviez avec une fourchette entre 1400 € et 1800 € net par exemple. D’instinct, vous proposeriez un salaire entre les deux extrêmes n’est-ce pas ?
En effet, cette technique permet d’ancrer une valeur dans la tête de votre employeur afin qu’il la prenne pour base. L’idée ici est de choisir la valeur la plus haute de la fourchette. Il est évident que l’employeur va tenter de baisser votre requête, « taper haut » vous permet d’avoir une petite marge de confort.

Le nombre exact

Selon Columbia Business School, vous avez plus de chance d’obtenir le salaire que vous demandez si le nombre est précis. Exemple : Mieux vaut demander 1775 € que 1800 €

Et aussi

Retrouvez notre article sur le bon management des employés « 10 conseils pour faire fuir ses meilleurs employés  » 

Extra Vacant reste à votre écoute, n’hésitez pas à commenter cet article ou à nous écrire à contact@extra-vacant.com si vous avez des questions ou besoin d’aide dans votre recherche d’emploi !